S'empresser de corriger

Poursuivons notre chronique pédagogique en abordant dans ce numéro la question de la correction des travaux et des examens étudiants. Combien de fois ai-je entendu les plaintes étudiantes relatives au délai que prend le professeur à remettre un travail ou un examen corrigé? On en conviendra aisément, ces plaintes sont monnaie courante, non seulement ici mais dans toutes les universités.

Pourtant le professeur doit se faire un devoir de remettre rapidement les copies aux étudiants. Mais quel est le délai raisonnable que l'on doit accorder aux profs. Il n'y a pas de chiffres absolus à ce chapitre, bien qu'un délais supérieur à deux semaines me paraissent abuser de la patience étudiante. Sans compter que la remise tardive d'une copie annoté n'est pas très formateur pour l'étudiant alors plus susceptible de piocher sur un autre travail. Néanmoins, il faut statuer selon les circonstances.

Abordons un cas classique, soit celui d'un examen de mi-session comptant comme première évaluation pour un cours. Rappelons que cet examen -ou tout autre exigence devant être notée- doit se tenir avant que la date ultime des abandons du cours. En effet, l'étudiant a droit à une première évaluation afin de vérifier dans quelle mesure son apprentissage correspond aux attentes du prof. Ainsi un examen qui se tient une semaine avant cette date ultime devra, en toute logique, être remis avant cette date butoir. Sinon le professeur est dans le tort et l'étudiant pourrait à juste titre s'en plaindre.

On serait porter à croire qu'il en va autrement d'un travail de fin de session. Mais encore ici les délais acceptables doivent être mesurés à l'aune des objectifs d'apprentissage et de la teneur des examens finals. Je m'explique. Le contenu de l'examen final peut, selon les circonstances, inclure les objectifs d'apprentissage du travail de fin de session. Si tel est le cas, il faudra bien qu'il soit remis avant la tenue de cet examen pour l'étudiant en prenne bonne note. Il est donc nécessaire de tenir compte des objectifs d'apprentissage.

Peu importe ces modalités, retenons que le travail doit être remis aux étudiants dans le cadre de leur cours afin que les commentaires du prof puissent être entendus et avoir des effets. En cette matière, je ne crois pas beaucoup aux travaux déposés au secrétariat après la session et qui pourtant tapissent bien des cases des secrétariats laurentiens.