De la recherche

On pourra s'étonner que j'aborde la question de la recherche alors que notre chronique porte uniquement sur l'enseignement. Il est vrai que ces deux dimensions du travail des universitaires sont, dans la pratique, relativement étanches: tantôt on enseigne et tantôt on effectue des recherches. Ce dernier travail est d'ailleurs le seul qui soit véritablement reconnu pour obtenir des promotions et gravir les échelons universitaires. Pourtant, la recherche est essentielle au maintien d'une bonne qualité d'enseignement et fait même partie de la matière devant être enseignée.

La recherche intervient à plus d'un titre dans l'enseignement universitaire. Elle permet à la pensée de se nuancer, d'évoluer, voire de naître. Il y a , en effet, plusieurs facettes de la réalité historique dont j'ai pris conscience seulement en tripotant des archives. Ainsi, le sort des mineurs du Nord m'est apparu moins dramatique à l'aune des dossiers du personnel de sociétés minières. Combien de discussions en classe sur tels concepts ou tels événements ont profité de ma connaissance dopée par la fréquentation des archives et de sources primaires!

Plus encore, l'étudiant est en droit d'exiger du prof un dossier de recherche actif et qui fait la preuve de ses travaux. La clientèle étudiante devrait être plus exigeante à ce sujet et consulter les sites web des profs afin de mesurer leurs activités de recherche. Un prof qui ne publie plus est un prof dont la pensée s'est figée. Bien qu'excellent prof, il manque à son devoir de se renouveler, de vous apporter de l'inédit, une pensée sans cesse en évolution . Dans certains cas, vous pourrez profiter encore de l'enseignement d'un bon pédagogue inactif sur le plan de la recherche. Mais peut-être aussi qu'il faudra s'en méfier et surtout ne pas attendre de ce dernier des lettres de recommandation qui auront du poids.

Ce devoir de recherche exige aussi que le prof sensibilise les plus d'étudiants possible à la recherche. Il faut leur apprendre comment la connaissance est produite afin qu'ils en expérimentent les tenants et les aboutissants. Cette connaissance n'arrive pas par magie dans les manuels. Au fil des années, j'estime avoir souvent réussi à faire participer les étudiants à l'exercice de recherche dans le cadre de mon enseignement. Les deux peuvent parfaitement se marier en salle de classe dans le cadre, par exemple, de projets commémoratifs Le dernier projet de cet ordre est ce livre récent sur l'histoire du drapeau franco-ontarien. Quatre étudiantes y ont appris certains rudiments de la recherche que nous avons poussée jusqu'à son aboutissement sous forme de livre. Car il faut le dire: il n'y a pas de recherche sans publication. Les recherches qui ne laissent pas de trace écrite sous des avortons qui ne passeront jamais à l'histoire. Aussi fallait-il que la recherche de ces quatre étudiantes débouche sur des textes publiés qu'elles ont signés à titre d'auteures. Ce n'est pas à nous profs de nous servir d'eux comme simples auxiliaires pour publier par la suite en notre seul nom, mais ce sont à eux, dans la mesure du possible, de se servir de nous, de notre enseignement pour grandir et devenir des partenaires de recherche et de publication.